Chronologie du Sri Lanka (https://www.shantitravel.com/fr/guide-voyage/sri-lanka/histoire pris sur le net)

Revenons rapidement sur cette histoire riche et dont les vestiges sont toujours visibles aujourd’hui.

Les conflits avec l’Inde

Au IIIe siècle av. J.-C., Mahinda, le fils d’Ashoka, l’empereur indien converti au bouddhisme, arrive sur l’île avec quelques moines pour faire connaitre les enseignements du Bouddha. Sangamitta, sa sœur, plante, à son arrivée, une bouture du ficus religiosa, l’arbre sacré sous lequel Bouddha a atteint l’éveil en Inde. C’est cet arbre que l’on vénère à Anuradhapura.

Capitale des royaumes cinghalais du IV siècle av. J.-C. jusqu’au Xe siècle, la cité a souvent été mise à mal par les conflits incessants avec l’Inde du Sud. Suite aux rivalités avec les Tamouls, la suprématie cinghalaise finit par l’emporter. La doctrine bouddhiste commence à se propager, monuments et temples sont construits, de vastes réservoirs creusés pour l’irrigation. Alors que le bouddhisme s’effondre en Inde, Ceylan devient l’un des pays où cette culture subsiste.

Face aux pressions tamoules incessantes, les capitales cinghalaises glissent petit à petit vers le sud du pays, d’abord à Polonnaruwa au XIe siècle puis à Kandy à partir du XIIIe siècle.

La présence européenne

Les Portugais débarquent au Sri Lanka en 1505, suivis par les Hollandais un siècle plus tard. Les Britanniques prennent le contrôle de l’île de 1796 jusqu’à son indépendance en 1948. Sous l’occupation britannique, le pays entre dans une nouvelle ère : les gouverneurs envoyés de Londres installent une administration, tracent routes et voies ferrées, développent la culture du café avant celle du théier qui deviendra la principale ressource économique du pays. Les travailleurs tamouls de l’Inde du Sud affluent vers les régions centrales du Sri Lanka pour travailler dans les plantations de thé.

À partir de 1983, le pays sombre dans la violence interethnique entre Cinghalais et Tamouls. Le conflit entre le gouvernement sri lankais et le mouvement des Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul (LTTE) va durer 25 ans. Les parties Nord et Est du pays sont le théâtre sanglant de ces affrontements. Le Président Rajapakse met un terme à cette guerre civile en 2009. En 2004, le pays est touché par un tsunami dévastateur faisant plus de 30 000 morts.

Retour à la stabilité

Aujourd’hui, après une histoire mouvementée et difficile, le Sri Lanka a retrouvé sa stabilité et se reconstruit rapidement. Le pays connait un véritable boom économique et touristique. Il entretient des relations privilégiées à la fois avec la Chine et l’Inde et tient une place importante dans l’économie régionale. Avec ses 8 sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, ses plages de rêve, sa faune sauvage abondante, le Sri Lanka est une destination fabuleuse.

Depuis janvier 2015, un nouveau président est à la tête du Sri Lanka : Maithripala Sirisena

-o-o-o-o-

 

Aujourd'hui, enfin le dimanche 4 mars 2018, nous avons notre 1ère course : La course du Lion (environ 16.5km) altitude de départ 313m, point culminant 334m, altitude d'arrivée 316m. Nous sommes passés par des petites routes et des pistes forestières pour arriver au pied du Roche rdu Sigiriya.

srilanka - Sigiriya (2)Notre parcours du jour sera : Habarana-Sigiriya-Dambulla-Habarana

20180304_104313-18-03-04 (5)Au départ de la course avec nos amis , la Champagne et la Touraine réunies

20180304_104313-18-03-04 (6)Les chemins pour arriver au pied du Sigiriya que nous voyons au loin, il fait chaud, environ 35°C, pour une 1ère course il va falloir faire attention car nous ne sommes pas habitués à cette forte chaleur (-2°C en quittant la France). Nous avons tous de quoi boire... et nous serons ravitaillés à mi-parcours, ouf !!

DSC_0212-18-03-04 (2)Les jardins du Parc de la citadelle de Sigiriya

DSC_0212-18-03-04 (3)Sigiriya ou "Rocher du Lion"

Ce colossal rocher de pierre rouge, domine la forêt épaisse et la surplombe de 150m. Sur ce roc "inaccessible", subsistent pourtant les ruines d'un palais construit au Vème siècle, par la roi Kashyapa. Le rocher évoque la silouhette d'un fauve, l'entrée de l'escalier qui monte au sommet s'ouvre entre les pattes griffues d'un fauve, faites de pierre et de briques.

Ce palais dominait une ville dont témoignent les ruines d'un "palais jardin" fortifié, entouré de murailles et de fossés. De plus les grandes curiosité du rocher sont les "Demoiselles de Sigiriya" parfaitement conservées, 18 femmes sont représentées en fresque sur le rocher.

DSC_0212-18-03-04 (4)Notre guide francophone, Indika

DSC_0212-18-03-04 (26)L'ascension vers les Demoiselles

1569e579a43b0aLa demoiselle à la servante (pris sur le net)

DSC_0212-18-03-04 (28)Les pieds griffus et la suite de l'ascension...

DSC_0212-18-03-04 (35)Le sommet du Rocher après avoir gravi entre 900 et 1200 marches.... (selon les dires !)

DSC_0212-18-03-04 (38)

DSC_0212-18-03-04 (41)

ob_ffe5e2_sigiriya1Le Rocher vu du ciel (pris sur le net)

 

sigiri12Ruines du palais vu du ciel (pris sur le net)

 

-o-o-o-o-

Visite des Grottes de Dambulla

Elles ont été le refuge du Roi Valagambahu losqu'il fut chassé d'Anaradhapura, sa capitale. Après avoir reconqui sa capitale, Valagambahu fit transformer les grottes en temple bouddhiques. Le rocher de Dambulla est une saillie rocheuse qui se dresse nue, noire exposée au soleil, à l'exception d'une partie ombragée par les bois, il domine la plaine environnante.

On retrouve à l'intérieur l'un des sanctuaires bouddhistes les plus anciens du Sri Lanka.

DSC_0212-18-03-04 (63)

DSC_0212-18-03-04 (66)

DSC_0212-18-03-04 (68)

DSC_0212-18-03-04 (75)

DSC_0212-18-03-04 (83)Bien sur pour ces visite de temple, il faut avoir les épaules et les genoux couverts... et être pieds nus !

DSC_0212-18-03-04 (65)Alain se fait aider pour mettre un sarang

DSC_0212-18-03-04 (90)une partie de la fine équipe !

DSC_0212-18-03-04 (91)et la belle coupe de notre ami singe

DSC_0212-18-03-04 (92)A la semaine prochaine....